« Je cherche une caméra avec une bonne qualité d’image sous l’eau et qui coûte pas un bras… » 

C’est un commentaire que j’ai vu récemment sur un forum et qui m’a donné l’idée d’écrire cet article qui pose la question de savoir ce que l’on entend par « qualité d’image ».

S’il s’agit du nombre de mégapixels, ce n’est qu’un critère de qualité parmi d’autres.

La qualité d’une image dépend de plusieurs facteurs que nous allons voir dans cet article. En ce qui concerne le coût, vouloir de la qualité à bas prix c’est un peu illusoire, non ?

Il est donc difficile de répondre à cette demande et pour cause :

 

  • Aujourd’hui pratiquement toute les caméras, de la plus petite à la plus grosse, filment en haute définition (HD, 4K)

  • Le prix ne dépend pas uniquement de la qualité d’image délivrée, il intègre d’autres caractéristiques techniques qui permettent des réglages plus précis.

  • Ce n’est pas uniquement la caméra qui fait la beauté d’une image, c’est aussi le savoir-faire du caméraman.

 

D’autre part, ici nous parlons d’image sous-marine, réalisée dans un milieu qui n’est pas celui pour lequel sont faites les caméras que nous utilisons.

Il va donc falloir les adapter aux différents problèmes que pose le milieu marin et aquatique :

 

  • La pression

  • La corrosion

  • La réfraction et la diffusion de la lumière

  • La distance apparente

  • L’absorption de la lumière (perte des couleurs)

  • Le contraste

  • Les aberrations

 

Vous l’avez compris, le caisson et son optique vont être aussi des éléments importants pour  la qualité de l’image sous-marine et c’est ce qui va aussi contribuer à faire monter les prix.

Mais nous allons, dans cet article, nous concentrer sur ce qui fait la beauté d’une image qu’elle soit vidéo ou photo, sous-marine ou pas. C’est la base…

Voyons donc quel sont les critères d’une belle image

LE NOMBRE DE MÉGAPIXELS

Comme je l’ai dit plus haut c’est un critère et il est important bien sûr. Mais il n’y a pas grand-chose à dire là-dessus car la HD, et le 4K maintenant, sont devenu monnaie courante.

Qu’est-ce que cela apporte à l’image ?

Comme vous le savez, une image numérique est composée de pixels et plus il y en a meilleure sera la qualité technique, le piqué de l’image. C’est-à-dire qu’elle sera plus défini, plus précise, plus nette.

Petit rappel des différents formats :

formats HD

La HD est devenu tellement courante qu’on en a oublié ses origines.

Au début  était la SD (standard définition) qui était composé de 768 pixels en horizontal et 576 pixels en vertical.

Le nombre de pixels composant une image SD est donc de 768x576 = 442368 px arrondi de manière conventionnelle à 440 000 (½ Mégapixels)

De manière toute aussi conventionnelle, on parle de Haute Définition lorsque l’image est composée d’au moins du double de pixels que la SD, soit à partir d’un million de pixels environ. Il y a donc plusieurs formats HD :

  1. HD 720 (1280x720 = 1million de px)
  2. HD 1080 (1920x1080 = 2 millions de px)
  3. 4K UHD (3840x2160 = 8 millions de px)

Il y a aussi le 4K cinéma qui est de 4096x2160 px la différence est minime et ne s’adresse pas aux équipements grand public. Pour en savoir plus

Il est donc entendu qu’un grand nombres de pixels donnera une meilleure image, mais cela ne suffit pas. La définition de l’image n’est qu’un paramètre de l’image, et pas forcément  le plus important en terme de qualité.

LE RESPECT DES RÈGLES

arbitreL’image est un moyen de communication au même titre que l’écriture ou la parole et chacun possède ses règles de langage.

Le langage audiovisuel a donc ses propres règles que vous allez devoir connaître pour que vos spectateurs comprennent le message.

Nous baignons dans une société qui nous imprègne, dès notre plus jeune âge, d’une culture de l’image et du son de manière inconsciente. Pour comprendre le langage des images notre inconscient va décoder à la volée le message vidéo.

Par contre lorsque vous êtes derrière la caméra, c’est en conscience qu’il va falloir utiliser et exploiter les grandes règles de ce langage afin que vos intentions soient correctement interprétées par vos spectateurs.

Parmi ces règles on peut en citer quelques-unes qui feront l’objet d’articles spécifiques plus tard dans ce blog :

 

  • Les mécanismes de la vision humaine

  • La composition d’image

  • La gestion de la lumière et du son

  • La gestion des couleurs et des contrastes

  • Les mouvements de caméra

 

Une fois ces règles connues et intégrées, vous allez pouvoir les dépasser  pour les mettre au service de votre créativité. Lorsqu’on apprend à filmer dans le respect des règles, le temps et l’expérience nous permettent ensuite d’oublier ces règles et de se concentrer sur le but à atteindre.

Une image bien cadrée avec une composition travaillée, permet de commencer à construire un langage. Ensuite bien sûr il faut articuler ces images comme des mots dans une phrase afin de donner du sens à une vidéo.

Mais ça c’est le travail de montage que nous verrons dans de prochains articles.

LA CRÉATIVITÉ

painter-1135929_640Quand vous connaîtrez les règles et que vous les aurez bien assimilées, c’est votre créativité qui fera la différence, votre passion pour ce merveilleux monde sous-marin et votre envie de le montrer, de le partager.

La belle image, le beau plan sera celui que votre œil de passionné aura su voir, percevoir. Le point de vue que vous êtes le seul à occuper car personne ne peut être à votre place.

Quand vous serez au fond, dans votre « béate contemplation », soyez attentif, ne regardez  pas ; observez ! Cherchez l’insolite, ne vous contentez pas de banalités.

Faites des choix, ne laisser pas faire la caméra. Qui est ce qui filme ? Vous ou la caméra ? Si vous ne faites aucun choix, ni artistique (la composition de l’image), ni technique (réglages auto ou manuel), c’est la caméra qui fait l’image et vous ne servez à rien…

Soyez patient, attendez qu’une action survienne plutôt que de quitter votre position pour aller voir un peu plus loin dans l’espoir de tomber sur quelque chose de mieux.

LA STABILITÉ ET LA FLUIDITÉ

Une image de qualité est stable et les mouvements sont fluides, elle doit donner au spectateur cette sensation d’apesanteur que vous ressentez vous-même en plongée.

Quand on regarde votre vidéo on dois avoir l’impression de glisser dans les fonds sous-marin et non pas d’être dans un lave- linge.

Pour cela vous devez être bien équilibré, vous et votre camera/caisson, vous devez maîtriser vos mouvements et déplacements. C’est la pratique et l’expérience qui vous apporterons cette maîtrise.

Pour savoir comment maîtriser la stabilité et la fluidité abonnez-vous et recevez notre guide gratuit en cliquant sur le lien ci-dessous .

POUR CONCLURE

Ne cherchez pas la caméra qui fera des « super images », on vient de voir ensemble que ce n’est pas uniquement l’outil qui fait la différence…

Il vaut mieux un équipement moyen de gamme utilisé de manière intelligente par quelqu’un d’expérimenté, plutôt qu’un équipement haut de gamme utilisé par un débutant qui ne maîtrise pas les règles de base.

Si nous n’avons pas beaucoup parlé des prix dans cet article c’est parce qu’ils varient de quelques centaines à plusieurs milliers, voire de dizaines de milliers d’Euros. Evidemment la qualité, la fiabilité, les performances  vont être en rapport avec le prix.

Mais vous pouvez, surtout si vous débutez, faire de très belles vidéos avec du matériel pas trop cher. Pour vous aider à choisir lisez notre article « Choisir son matériel de vidéo sous-marine ».

Vous pouvez partager, noter cet article et donner votre avis ou posez des questions dans la zone commentaires ci-dessous.