On à souvent vu des plongeurs qui débutent en images sous-marines, « zapper » complètement l’entretien de leur caisson par ignorance ou par négligence. Dans cet article nous allons donc vous montrer les différentes opérations à effectuer pour garder votre caisson en bon état le plus longtemps possible.

Le rôle du caisson, (vidéo ou photo) sous-marin étanche, est par définition de protéger votre appareil de prise de vue et de lui éviter la noyade. Sachant que les composants électroniques sont allergiques à l’humidité, à l’eau, au sel… vous comprendrez qu’il faudra être très méticuleux dans l’entretien et la manipulation de ce précieux objet.

Le rôle des joints toriques :

Sans les joints toriques pas d’étanchéité, c’est grâce a eux que votre caisson ne prend pas l’eau. Il faut donc les soigner et les bichonner comme la prunelle de vos yeux…

joint torique Voyons maintenant comment prolonger la vie de votre caisson au maximum et minimiser les risques de noyade.

Pour cela nous allons distinguer  trois moments essentiels pendant lesquels il faudra effectuer des opérations bien spécifiques et avoir des comportements adaptés que nous allons vous détailler

Avant de plonger :

C’est le moment où vous assemblez votre équipement. Nettoyage des joints et des portées, contrôle visuel, essais de bon fonctionnement. Cette opération se fait généralement à l’hôtel ou chez vous bien à l’abri.

Après la plongée :

Rinçage, séchage et ouverture du caisson pour récupérer la carte mémoire et regarder vos rushes. Ici aussi il y a certaines précautions a prendre.

L’hivernage :

Si vous préférez passer les longs mois d’hiver devant votre cheminée (comme moi), il faudra préparer votre caisson à être mis en hibernation.

AVANT DE PLONGER

C’est le moment ou vous allez assembler caisson, boitier, éclairage ou flashs. Faites ça tranquillement sans précipitations dans un endroit calme et bien au sec ; Chez vous, dans votre chambre d’hôtel, dans votre cabine, etc… mais jamais sur le bateau ou sur la plage.

Pour éviter la buée :

Une petite astuce pour éviter la formation de buée, c’est de laisser le caisson ouvert toute la nuit dans une pièce climatisée. En effet, ce qui créer la buée c’est l’humidité de l’air qui est enfermé dans le caisson. Au contact de l’eau ou d’une différence de température, cette humidité se condense et se transforme en buée. La climatisation assèche l’air ambiant et vous avez dans votre caisson de l’air sec et donc pas de buée.

Liste des opérations :

  • Ouverture du caisson (parfaitement sec)

  • Extraire le ou les joints toriques

  • Nettoyer les joints avec du sopalin ou un chiffon doux

  • Prendre une petite quantité de graisse silicone et l’appliquer uniformément sur le joint

  • Nettoyer la gorge de la porte du caisson avec un coton tige par exemple

  • Replacer le joint dans la gorge

  • Nettoyer la portée du caisson sur laquelle va venir s’appuyer le joint

  • Refermer le caisson

  • Inspectez visuellement afin de vérifier que tout est en place

  • Allumez votre appareil et faites quelques test

 

les opérations en vidéo

 

 

APRÈS LA PLONGÉE

Après chaque plongée tout votre matériel doit être rincé abondamment à l’eau douce, c’est impératif !  Cependant il y a deux situations qui peuvent se présenter :

  • Vous êtes en voyage ou en croisière et vous faites plusieurs plongées par jour
  • Vous êtes chez vous et vous faites une plongée avec votre club préféré

En voyage ou en croisière :

La plupart du temps c’est deux plongées par jour et même trois quelquefois. Si vous restez sur le bateau et qu’il n’y a pas de bac d’eau douce, prévoyez une serviette de bain que vous tremperez dans l’eau de mer pour couvrir votre équipement. Il sera au frais et protégé des rayons du soleil. Ce qui évitera la cristallisation du sel marin qui peut endommager les joints.

Si il y a un bac de rinçage à bord, n’y laissez pas votre appareil pendant des heures sans surveillance….un accident est vite arrivé.

N’ouvrez pas votre caisson à bord ! La plupart des appareils ont une autonomie suffisante pour faire deux ou trois plongées sans être rechargés. Et votre carte mémoire à une capacité bien supérieure à ce que vous pouvez filmer.

Chez vous avec votre club :

Tranquille, cool vous êtes chez vous ! Avant toute chose, un bon rinçage et trempage dans un bac pendant 2 heures. Si vous avez une piscine c’est encore mieux.

Pensez à actionner les commandes du caisson pendant qu’il trempe. Derrière chaque bouton, chaque molette il y a un joint qui sera heureux de goûter un peu à l’eau douce.

Une fois tout ce joli monde bien rincé et bien sec, vous pouvez ouvrir votre caisson et récupérer la carte mémoire pour visionner vos chefs-d’oeuvres.

Si vous ne plongez pas le lendemain ou pendant plusieurs jours, retirez le joint torique de sa gorge. Si vous le laissez en place il sera sous tension et écrasé par la porte et il finira par perdre sa forme ronde et par s’aplatir. Enlevez-le, nettoyez- le et placez-le dans un petit sac plastique à l’intérieur du caisson, cela vous évitera d’oublier qu’il n’est pas en place.

L’HIVERNAGE

feu de cheminée

 

Si vous préférez passer les longs mois l’hiver bien au chaud devant votre cheminée, il va falloir préparer votre équipement à être mis en hibernation.

Nous vous conseillons de tout désassembler et bien nettoyer ; caisson, caméra, éclairage, accus, etc… les joints accessibles doivent êtres graissés et placés dans une pochette bien à l’abri. En fonction du nombre de plongées ils devront êtres changé tous les ans.

Stockez votre caisson et ses accessoires dans un endroit à l’abri de la poussière. De cette manière vous retrouverez votre matériel en parfait état de fonctionnement quand les beaux jours reviendront.

Pour conclure tordons le cou à une idée reçue, assez répandue, qui préconise d’enlever et de graisser les joints après chaque plongée.  Si vous faites ça soyez assuré qu’a termes vous aurez une entré d’eau.

Le graissage des joints se fait une seule fois en début de séjour. Ensuite un rinçage quotidien et une inspection visuelle suffisent. Vous pouvez faire plusieurs dizaines de plongée sans regraisser les joints toriques. La graisse n’est pas un élément d’étanchéité, elle est là juste pour assouplir le joint et le nourrir afin qu’il ne craquelle pas et pour facilité la fermeture du caisson.

J’espère que ces quelques conseils vous aideront à conserver longtemps votre matériel en bon état pour pouvoir rapporter de belles images sous-marines à partager avec le plus grand nombre.

Vous pouvez partager cet article et lui donner une note.